top of page

Article : La Voix du Nord (21.11.2022)

Nous sommes très heureux de vous partager notre premier article dans la presse !


Il résume plutôt bien tous nos projets en cours ! Merci à La Voix du Nord pour ce très joli papier !

Vous pouvez le retrouvez ci-dessous ou en ligne !



Douai: elle évoque dans un roman son parcours de combattante contre l’endométriose

Laura Leroy Richard a vécu jusqu’à sa majorité à Douai, où vit toujours sa famille. Elle a lancé récemment sa propre maison d’édition, Lettres à part, et a décidé de publier au passage son roman évoquant son parcours de combattante contre l’endométriose.


Son parcours

Laura Leroy Richard, 26 ans, a grandi à Douai et y a été scolarisée jusqu’au bac. Elle a ensuite obtenu une licence de lettres à l’université d’Artois, avec option édition. « C’est un secteur qui m’intéressait depuis toute petite. » Elle se réoriente vers le journalisme, puis la communication… Et diplômée en pleine crise de Covid, elle ne trouve pas d’emploi. Installée ensuite à Paris, elle cherche en vain du travail dans l’édition. « Mais on cherchait des juniors avec sept ans d’expérience… » souffle-t-elle. Elle trouve du travail en communication et met de l’argent de côté « en préparant en parallèle le projet de ma propre maison d’édition, mon rêve ». Contacts avec des auteurs, lecture de manuscrits… « Et là, un signe du destin : ma patronne a dû me licencier économiquement. Je me suis donc lancée à 100 %. »


Un roman sur l'endométriose

Si elle n’a pas créé cette maison d’édition dans ce but, Laura a tout de même trouvé l’opportunité de publier ses propres romans. « J’en ai plusieurs en projet. J’ai récupéré les droits de mon premier roman et j’ai décidé de publier le second, À la vie à la danse, qui est très important pour moi car il traite de deux sujets qui me tiennent à cœur. » L’héroïne danse, comme Laura depuis plus de vingt ans. Et elle aussi est atteinte d’endométriose. « J’ai des crises de douleur constante depuis l’âge de 20 ans et cela a été un vrai parcours du combattant, confie-t-elle. On m’a prise pour un cobaye, j’ai vu une soixantaine de spécialistes en un an et demi, j’avais l’impression que mon corps ne m’appartenait plus tellement on m’examinait. » Et le pire, c’est qu’une fois diagnostiquée, le calvaire n’a pas disparu. « On se croit sauvée, mais il n’existe pas de traitement efficace. J’ai testé dix pilules différentes, une catastrophe pour ma santé. On en avait trouvé une qui fonctionnait et finalement, on a découvert qu’elle pouvait causer des méningiomes. J’ai dû l’arrêter et passer au stérilet mais ça n’a pas fonctionné, et j’ai fini par me soigner avec des plantes… » Au-delà de l’histoire du roman, son but est donc de sensibiliser. Pour chaque exemplaire acheté, un euro sera reversé à l’association EndoFrance.



La maison d’édition

Créée en avril, la maison Lettres à part éditions vise à publier deux types d’ouvrage : des romans en tout genre et des livres pratiques thématiques. Laura a signé son premier auteur, une influenceuse, un mois plus tard. Et un second auteur dont l’œuvre sortira au printemps. Elle gère tous les aspects de son métier toute seule : choix des manuscrits, correction, mise en page, édition, communication… « Je fais des très grosses journées et des petites nuits. » La Douaisienne d’origine, qui vient régulièrement voir sa famille, souhaite aider de nouveaux auteurs à se faire connaître. Et mettre un peu de féminité dans un monde très masculin, selon elle. Se lancer en pleine crise du papier ne lui fait pas peur. « Du fait de la pénurie, les imprimeurs augmentent leurs prix. Mais je publierai aussi des livres numériques et audio. D’autres formats pourraient donc me sauver, ce n’est pas une fatalité, se rassure-t-elle. Les gens et notamment les jeunes aiment encore beaucoup lire. Et quel secteur n’est pas compliqué en ce moment ? »


Une influenceuse publiée

Le premier ouvrage qu’elle publiera en décembre est particulier : il s’agit d’un bullet journal, comprendre un livre offrant une méthode d’organisation personnelle autour d’une thématique. Quant au sujet central, c’est l’ASMR, cette pratique à la mode qui consiste à se relaxer par stimulation auditive, olfactive… Le tout écrit avec Alteanne, influenceuse qui compte près de trois millions d’abonnés (2,7 millions sur TikTok). « J’écoute des vidéos ASMR depuis deux ans et je suis cette influenceuse, raconte l’éditrice. On s’est bien entendues et on avait envie de faire un livre. On a réuni nos idées et créé ce petit cahier avec des conseils quotidiens sur le stress, le sommeil… »


Ces deux ouvrages seront publiés en décembre, disponibles en librairie et sur différentes plateformes de vente en ligne. « Journal ASMR », Alteanne, 12,50 € ; « À la vie, à la danse », Laura L. R., 17 €. Lettres à Part éditions sur www.lettresapart.fr


Publié par Audrey Halford




12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page